Accueil | Articles | Tribunes | Le meurtre d’une Marocaine à Amiens, métaphore de la France multiculturelle

Le meurtre d’une Marocaine à Amiens, métaphore de la France multiculturelle

En octobre dernier, une étudiante marocaine a été poignardée pour avoir refusé un acte sexuel. Son agresseur, jugé irresponsable pour schizophrénie, échappera certainement à toute condamnation. Mike Razafimahatratra, auteur des faits, est réunionnais. Le fait que ce meurtre ait eu lieu à Amiens, la « petite Venise du nord » qui s’est illustrée pendant la guerre de Cent ans, donne une tonalité particulière à ce drame. Un extra-Européen mentalement déficient assassine une pieuse musulmane dans l’une des plus anciennes villes de France, joyau architectural symbole du génie français.

Ce fait « divers » ne l’est pas tant que cela, il indique dans quelle mesure notre pays est le terrain de jeu des extra-Européens qui le traversent avec indifférence. Le Grand remplacement nous promet une France où l’on ne protestera même plus contre le racisme anti-blanc, dans l’hypothèse où les Blancs disparaîtraient, mais contre la sauvagerie criminelle ordinaire. Le combat identitaire peut-il ainsi mourir avec la disparition de tout un peuple ?

Cette menace qui plane sur nous est le plus grand défi auquel nous devons répondre. Cette situation inédite explique largement le succès d’Eric Zemmour, qui a fait du Grand remplacement son principal cheval de bataille. Il est impératif de regarder l’ensemble des thèmes politiques à la mesure de cette interrogation : en quoi cela impactera-t-il l’existence des Français ? Que faire pour la garantir ?

Etrangers dans notre propre pays, les Français risquent, c’est le comble, de disparaître des sujets de préoccupation dès lors que le Grand remplacement donnera lieu à des meurtres d’abord inter-ethniques. Il faut marteler, plus que jamais, que le « racisme » est l’enfant naturel du multiculturalisme. Une société multiculturelle mais aussi névrosée. Car la mort de cette Marocaine est également le fruit d’un échec de compréhension culturelle renforcé par l’incapacité d’un grand nombre d’extra-Européens à assumer la frustration.

Ce phénomène touchant par ailleurs les Français à la faveur du consumérisme ambiant, il ne s’agit pas seulement de sauvegarder la substance physique de la France mais aussi son équilibre mental. Défendre notre peuple doit se faire dans toutes les composantes de ce dernier. Il y aura une éducation morale à refaire, avec les mêmes moyens que l’on déploie aujourd’hui contre les « discriminations » ou l’insécurité routière. Relever un peuple signifie utiliser tous les moyens d’influence culturelle pour lui redonner la mémoire de lui-même.

Redevenir maîtres chez nous, c’est aussi redevenir maîtres de soi. Le thème de la fierté identitaire n’est pas un kyste indigéniste, un fruit pourri du wokisme, c’est un besoin. L’identité est tout ce qui reste à un peuple qui est sorti de l’histoire. Pour y entrer à nouveau, il faudra valoriser cet enracinement et le faire rayonner à nouveau.

Clément Martin

Dans la même catégorie

Un Noël identitaire

Noël est l’un des piliers de la culture européenne. Chez les Romains, entre le 17 et le 23 décembre, soit une semaine avant le solstice d’hiver, on fêtait les Saturnales, occasions de réjouissances familiales et populaires. Avec l’allongement du jour, on célébrait...

Noël en sursis : responsabilité individuelle et totalitarisme

Pour la philosophe Hannah Arendt, le totalitarisme n’est pas nécessairement un régime politique, comme le IIIe Reich, l’URSS ou le régime nord-coréen. C’est une dynamique, une tendance sociale impulsée et mise en œuvre par différents acteurs : gouvernement, médias,...

La diabolisation du foie gras : naufrage d’EELV et écologie identitaire

Eric Piolle, maire de Grenoble, annonçait au début du mois que le foie gras serait banni des événements locaux et des cantines scolaires. Sa déléguée à la condition animale, dont l’existence prouve le succès de la progression antispéciste au sein d’EELV, estimait que...

De Trump à Zemmour : il faut polariser !

« Les demandeurs d’asile cherchant à entrer aux États-Unis par la frontière sud seront à nouveau renvoyés au Mexique le temps que leurs demandes soient constatées », nous apprend le Guardian (2 décembre 2021[1]). Si Biden avait promis une politique migratoire...

Les grandes villes sont-elles des poubelles ?

Stéphane Bern a ainsi justifié son départ de la capitale : « Paris est une poubelle ». Dans une lettre ouverte au maire de Paris, Anne Hidalgo, il lançait un cri d’alarme, en même temps qu’une supplique. « Chère Anne, réveillez la beauté de cette ville. Restaurez son...

Vivent les murs !

« L’entreprise que nous devons mener à bien est un investissement absolument stratégique et prioritaire pour la sécurité de la nation et de ses citoyens ». Ce n’est pas une phrase de Emmanuel Macron sur le front du Covid mais une promesse du ministre de l’Intérieur...

Le twerk militant : l’avilissement comme outil d’agit prop

« Le twerk est pour moi une véritable démarche politique, affirme Fannie Sosa, artiste féministe. Le twerk est antipatriarchal, anticapitaliste et anticolonial.[1] » Ceci peut expliquer la prestation offerte par le collectif Booty Therapy lors d’une manifestation...

Le partage des tâches domestiques ou le féminisme totalitaire

Le féminisme ancienne génération militait pour le droit de vote, le travail des femmes ou encore le droit à l’avortement. Des figures comme Simone de Beauvoir ou Gisèle Halimi, l’une compagne du communiste Jean-Paul Sartre, l’autre défenseur des terroristes FLN, ont...