Accueil | Articles | Tribunes | Élections en Flandre : un conservateur averti en vaut deux

Élections en Flandre : un conservateur averti en vaut deux

« Ils ne le dompteront pas (le fier Lion de Flandre), tant qu’un Flamand vivra ». Ces paroles de l’hymne national flamand trouvent un écho tout particulier en ces lendemains d’élections à la fois régionales, fédérales et européennes dans le plat pays. Le Vlaams Belang, donné politiquement pour mort depuis ses échecs électoraux de ces 15 dernières années, a repris sa place de deuxième force politique de Flandre belge derrière la NVA, la droite nationaliste et conservatrice flamande.

Cette renaissance est à la fois le fruit d’une campagne offensive et moderne menée par son jeune président Tom Van Grieken (32 ans) et de l’influenceur militant Dries Van Langehove (26 ans), et d’un désaveu des électeurs flamands pour les partis traditionnels, et tout particulièrement pour la NVA qui paye aujourd’hui ses compromissions quand elle était au pouvoir.

« Bescherm onze mensen – Défendre nos gens » tel est le slogan d’une campagne habilement menée par une maîtrise des réseaux sociaux et par une présence militante efficace, parfois espiègle, dont le concept de « Schild en Pint » est assez représentatif : un meeting politique dans un bar ambiance sous forme d’happy hours parmi des dizaines de jeunes. La première leçon est qu’une victoire identitaire ne peut qu’être le fruit d’un discours assumé et d’une action novatrice.

« 2019 sera l’année de la révolte du Flamand moyen contre l’élite politique ». Telle fut la promesse de Tom Van Grieken lors des vœux de début d’année et l’on peut dire qu’elle fut prospective. Car la Flandre laborieuse et dynamique a en effet sanctionné le parti conservateur au pouvoir qui a échoué à tous les points de vue flamand : aucune avancée dans les négociations communautaires, une fragilisation de la classe moyenne et une passivité presque coupable face au défi de l’immigration et de l’islamisation du pays. Quand le sud de la Belgique, qui paye encore aujourd’hui sa désindustrialisation, accentue son virage à gauche, le Nord, quant à lui, exige le sursaut d’une droite sociale et identitaire que le VB a su parfaitement incarner lors de ces élections et avec qui la NVA aurait tout intérêt à se rapprocher.

Car le VB est en position favorable pour participer aux affaires. La NVA, bien qu’en tête aux élections, est obligée de composer avec un parti tiers pour gouverner. Si elle rompt le cordon sanitaire en intégrant les Vlaams belanger aux affaires, alors elle enverra un signal positif à ses électeurs mécontents dont le premier avertissement fut cinglant. Si elle se soumet au politiquement correct en s’alliant avec les progressistes, faisant fi des aspirations de son corps électoral, alors elle vivra la même agonie que son équivalent français, siphonné à la fois par sa gauche et sa droite, et disparaîtra de la scène politique. Un conservateur averti en vaut deux.

François Vandenberghe

Dans la même catégorie

L’avenir de l’Europe : de Peter Thiel à Guillaume Faye

Peter Thiel est un milliardaire américain (dont la fortune est estimée à 5 milliards de dollars) connu pour être l’un des co-fondateurs de PayPal et le premier investisseur externe de Facebook, ainsi que l’auteur de De zéro à un : Comment construire le futur, un...

Tolérance du burkini à Tours : des petites compromissions à la grande soumission

Récemment, le centre aquatique de Tours a pris la décision de tolérer le port du burkini dans son enceinte, justifiant cette décision par la nécessité de « nous adapter culturellement à notre société qui évolue[1] ». Derrière cet argument des plus faibles se cache la...

Trump et la traversée du Rubicon

Le 8 août dernier, le FBI menait une perquisition spectaculaire au domicile de l’ex-président des États-Unis Donald Trump. Celui-ci a publié un communiqué dénonçant un acte de « persécution politique ». Si les motifs du FBI concernant la perquisition n’ont pas encore...

De la lutte politique comme guerre de religions

On le sait depuis Clausewitz, « la guerre, c’est la politique par d’autres moyens ». Michel Foucault, historien et philosophe-phare de la gauche depuis les années 60, avait retourné la fameuse formule du général de division prussien, qui devenait ainsi : « La...

Viols de Telford : oui, l’antiracisme doit mourir

Un rapport publié récemment dans les médias britanniques fait le point sur les viols de Telford, qui désignent les sévices sexuels subis par plus de 1 000 jeunes filles depuis les années 80 jusqu’à 2018, infligés pour l’essentiel par des Pakistanais ; il s’agit...

Gérald Darmanin, fossoyeur de la sécurité des Français

Il est difficile de se remémorer un ministre de l’Intérieur aussi incompétent que Gérald Darmanin, et, par conséquent, aussi nocif pour la sécurité des Français. En deux ans, le roitelet de la Place Beauvau a réussi à synthétiser toutes les forfaitures et tous les...

Variole du singe : une nouvelle pièce dans le jukebox

À en croire les articles récents de la presse mainstream, le nouveau danger qui menace la vie des Français, c’est la variole du singe (ou monkeypox). Après l’hystérie autour du Covid-19, c’est au tour de cette variole venue du Nigéria de prendre la vedette. Alors que...

La mémoire de l’Algérie : panser l’avenir

Tous les ans, le cirque se répète : la mémoire de l’Algérie française envahit la conscience nationale. Que l’épopée coloniale soit regrettée ou mise au ban, elle révèle le blocage culturel qui fait que, 60 ans après son indépendance, l’Algérie n’a jamais été aussi...