Accueil | Articles | Tribunes | En Belgique aussi, les progressistes se font « remplacer » !

En Belgique aussi, les progressistes se font « remplacer » !

Le dimanche 14 octobre prochain se dérouleront les élections communales et provinciales belges. L’occasion pour les Belges d’élire leurs représentants locaux. Sans surprise, c’est la NVA (Nieuw-Vlaamse Alliantie – Nouvelle Alliance flamande) qui dominera le scrutin coté flamand même si ce parti conservateur connait une baisse dans les sondages au profit de son concurrent, plus identitaire celui-là, le Vlaams Belang. À noter également une poussée du parti Groen, le parti écologiste de gauche. Autre bouleversement dans ce rendez-vous électoral : selon une étude de l’université de Gand menée par Bram Wauters, professeur de sciences politiques, le nombre de candidats issus de l’immigration a fortement augmenté cette année par rapport aux scrutins de 2012 et de 2006. Ils représenteraient 14,3 % des candidats aux élections communales, contre 9,5 % en 2012 et 6,7 % en 2006 avec une forte augmentation dans les villes touchées par l’immigration massive comme Anvers (+8,6 %) et Gand (+7,2 %).

Attaquée de toutes parts par ses concurrents dans médias belges, la NVA a récemment contre-attaqué en diffusant un reportage sur sa page Facebook démontrant que plusieurs candidats des partis « progressistes » (libéraux, chrétien-démocrates, écologistes), justement issus de l’immigration, affichent leur sympathie pour le nationalisme turc. Réponse du berger à la bergère qui a le mérite de démontrer l’hypocrisie des partis toujours prompts à dénoncer le nationalisme seulement chez ses adversaires. Mais ce n’est pas le seul enseignement de cette affaire.

Car le nationalisme turc, ou plutôt le néo-ottomanisme, a clairement changé de stratégie. À défaut de vouloir changer la Turquie pour intégrer l’Union européenne, le Sultan Erdogan a désormais la volonté de déstabiliser les pays européens par le biais de la diaspora turque, importante en Occident. Il en va de même pour les Frères musulmans en France et plus généralement l’internationale islamiste en Occident. Engager ses partisans dans les instances politiques, même les plus locales, c’est s’assurer une influence sur un continent sans défenses identitaires. Les progressistes se félicitent de la présence toujours plus grande des immigrés dans la vie politique, mais ne voient pas l’entrisme de minorités politico-religieuses qui, elles, ont une vision du monde et une stratégie du temps long. Quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt.

Si la gauche se réjouit pour l’instant de la diversité accrue de l’origine de ses candidats, elle commence néanmoins déjà à subir ses premiers effets secondaires. En France, les revendications indigénistes commencent à scinder Les Insoumis après avoir fait exploser le NPA. Ce mariage de la carpe progressiste et du lapin communautariste, ne peut mener la gauche que vers la division. Un intermède troublé qui durera jusqu’au remplacement total des gauchistes à l’ancienne, submergés par le nombre et le déplacement du curseur politique vers la préoccupation majeure du XXIe siècle, la question identitaire.

François Vandenberghe

Dans la même catégorie

Taha Bouhafs et l’agonie interminable de la politesse politique

Dans un tweet récent[1], la journaliste du Figaro Eugénie Bastié se lamentait du fait que le militant indigéniste notoire Taha Bouhafs (épinglé à de multiples reprises dans son propre camp pour des déclarations incendiaires) retire sa candidature aux législatives dans...

La France contre les rentiers

Ce que les élections présidentielles passées et les législatives à venir révèlent de la société française, c’est qu’elle est aux mains des rentiers. Mais ceux-ci ne constituent pas une « classe » monolithique et indifférenciée ; ils sont plutôt un assemblage de...

La violence de l’assimilation et la réponse identitaire

Éric Zemmour a sans conteste été le candidat de la transgression : en parlant de Grand Remplacement et de remigration, il a permis à la cause identitaire d’affaiblir les digues du multiculturalisme et de l’immigration de masse en France. Si la droite ne veut pas se...

Les mathématiques, ennemies du Progrès ? Les réfugiés ukrainiens contre le dogme multiculturel

Depuis l’arrivée des réfugiés de guerre ukrainiens en France, plusieurs médias ont relayé la surprise des professeurs devant les talents en mathématiques des élèves nouvellement arrivés comparés à ceux des « Français »[1]. Quelles sont donc les raisons mystérieuses...

Débats de l’entre-deux tours : les nouveaux archétypes de la démocratie française

Au-delà des sujets abordés et de savoir qui a « gagné » le débat de l’entre-deux tours, il importe surtout de comprendre que cette rencontre médiatique a permis de confirmer l’apparition de nouveaux archétypes dominants dans la politique française, incarnés dans les...

Non, Macron n’est pas libéral

C’est un refrain devenu classique dans le commentariat français : qu’on le déplore ou qu’on s’en réjouisse, une chose est sûre concernant Emmanuel Macron : c’est un président libéral. Pour certains, il est un « néo » voire « ultralibéral », pourfendeur de la dépense...

La France contre les boomers

Malgré un quinquennat désastreux sur tous les plans et une détestation populaire rarement vue pour un président de la Ve République, Emmanuel Macron a été réélu. Et ce de façon confortable. Ce paradoxe est incompréhensible pour celui qui ne voit pas que la France est...

Le grand cadavre à la renverse du « barrage républicain »

Depuis 2002, une tradition bien particulière continue de marquer la vie politique française, celle du « barrage républicain ». Le principe est connu : à n’importe quel scrutin où le Front national/Rassemblement national est présent au second tour, toutes les forces...