Accueil | Islamisation | L’appel des 100 contre le « séparatisme islamiste » : une rupture majeure

L’appel des 100 contre le « séparatisme islamiste » : une rupture majeure

Événement majeur dans le monde des idées : aujourd’hui, une tribune « Non au séparatisme islamiste » et signée par 100 intellectuels, est parue dans le Figaro et a été annoncée en une. Cet événement scelle un peu plus l’alliance entre des figures de la droite anti-islamisation (Rioufol, Elisabeth Lévy, Chantal Delsol…) et de la gauche Vallsiste (Céline Pina, Brice Couturier, Fatiha Boudjahlat, etc).

Au-delà du contenu de ce texte (largement perfectible et critiquable à certains égards), sa dimension politique et idéologique constitue un événement fondateur.

Le rapprochement d’une certaine droite et d’une partie de la gauche – qui participe d’un mouvement général de déplacement de l’axe vers la droite, la tribune étant tout de même parue dans le Figaro et non dans Libération… – sur la question de la lutte contre l’islamisme est un lent processus né en dehors des partis, enfermés dans les logiques partisanes. Reprenons-en l’historique dans l’essentiel.

Des premiers contacts ont eu lieu autour des éditions Ring, qui publient autant Laurent Obertone (dont le dernier livre est une fiction autour d’un scénario de guerre civile en France sur une base ethnico-religieuse) que Zineb El Rhazoui, ancienne journaliste à Charlie Hebdo et Présidente du jury du prix de la laïcité en 2015.

Une autre étape se passe quand Alexandre Devecchio, journaliste ayant commencé sa carrière au Bondy Blog avant d’évoluer progressivement (notamment grâce à la question de l’islamisme) jusqu’à devenir membre de la direction du Figaro Vox. Pierre angulaire du rapprochement de ces mouvances évoluant au départ dans des mondes séparés, il a récemment fondé un nouveau journal, au titre évocateur « Recomposition ». Le rédacteur en chef n’est autre que Mathieu Bock-Côté, l’intellectuel faisant probablement la critique la plus fine du multiculturalisme (cf son livre « Le multiculturalisme comme religion politique »), tandis qu’on trouve parmi les plumes contribuant à ce magazine Laurent Bouvet (fondateur du mouvement du « Printemps Républicain », dont l’objectif est de peser à gauche sur la question de la lutte contre l’islamisme) ou Brice Couturier (journaliste, signataire du manifeste fondateur du Printemps Républicain). Le magazine Causeur incarnait également cette nouvelle hybridation idéologique avec Elisabeth Lévy à sa tête et Marc Cohen, membre fondateur du Printemps Républicain en rédacteur en chef.

Après un rapprochement né dans le domaine de l’édition, puis du journalisme, (la fracture à gauche entre la « gauche Charlie » et la « gauche Médiapart » accélérant sans doute le processus), ces personnalités sont maintenant manifestement capables de se mettre autour de la table et de produire un texte idéologique commun. L’alliance est hétéroclite : on y retrouve certes des intellectuels ou journalistes de droite et de gauche, mais également des apostats de l’islam comme l’écrivain Walled al-Husseini (édité également aux Editions Ring), Mohammed Louizi, auteur du livre « Pourquoi j’ai quitté les Frères Musulmans », David Vallat, ex djihadiste repenti, ou bien dans un autre registre Antoine Spire, vice-président de la LICRA, Maxime Tandonnet ex conseiller de Nicolas Sarkozy sur l’immigration ou le philosophe Rémi Brague. À noter également la présence parmi les signataires de Bernard de la Villardière.

On peut être critique sur la synthèse idéologique qui en ressort. Elle a néanmoins le mérite d’exister, de participer à fracturer la gauche et de faire reculer le poids du politiquement correct. Et malgré ce qu’on peut – légitimement – penser de certains signataires de la tribune, le fait est que la réunion de profils aussi disparates ne peut pas laisser indifférent. Davantage que l’union des droites, la clef pour constituer une majorité électorale ne serait-elle pas à chercher au-delà, et notamment dans le rassemblement de tous les opposants à l’islamisme ?

Sébastien Froment

Dans la même catégorie

Taha Bouhafs et l’agonie interminable de la politesse politique

Dans un tweet récent[1], la journaliste du Figaro Eugénie Bastié se lamentait du fait que le militant indigéniste notoire Taha Bouhafs (épinglé à de multiples reprises dans son propre camp pour des déclarations incendiaires) retire sa candidature aux législatives dans...

La France contre les rentiers

Ce que les élections présidentielles passées et les législatives à venir révèlent de la société française, c’est qu’elle est aux mains des rentiers. Mais ceux-ci ne constituent pas une « classe » monolithique et indifférenciée ; ils sont plutôt un assemblage de...

La violence de l’assimilation et la réponse identitaire

Éric Zemmour a sans conteste été le candidat de la transgression : en parlant de Grand Remplacement et de remigration, il a permis à la cause identitaire d’affaiblir les digues du multiculturalisme et de l’immigration de masse en France. Si la droite ne veut pas se...

Les mathématiques, ennemies du Progrès ? Les réfugiés ukrainiens contre le dogme multiculturel

Depuis l’arrivée des réfugiés de guerre ukrainiens en France, plusieurs médias ont relayé la surprise des professeurs devant les talents en mathématiques des élèves nouvellement arrivés comparés à ceux des « Français »[1]. Quelles sont donc les raisons mystérieuses...

Débats de l’entre-deux tours : les nouveaux archétypes de la démocratie française

Au-delà des sujets abordés et de savoir qui a « gagné » le débat de l’entre-deux tours, il importe surtout de comprendre que cette rencontre médiatique a permis de confirmer l’apparition de nouveaux archétypes dominants dans la politique française, incarnés dans les...

Non, Macron n’est pas libéral

C’est un refrain devenu classique dans le commentariat français : qu’on le déplore ou qu’on s’en réjouisse, une chose est sûre concernant Emmanuel Macron : c’est un président libéral. Pour certains, il est un « néo » voire « ultralibéral », pourfendeur de la dépense...

La France contre les boomers

Malgré un quinquennat désastreux sur tous les plans et une détestation populaire rarement vue pour un président de la Ve République, Emmanuel Macron a été réélu. Et ce de façon confortable. Ce paradoxe est incompréhensible pour celui qui ne voit pas que la France est...

Le grand cadavre à la renverse du « barrage républicain »

Depuis 2002, une tradition bien particulière continue de marquer la vie politique française, celle du « barrage républicain ». Le principe est connu : à n’importe quel scrutin où le Front national/Rassemblement national est présent au second tour, toutes les forces...