Accueil | Politique | Quel est le rôle de la droite identitaire ?

Quel est le rôle de la droite identitaire ?

Le 14 février, le chef du parti des Démocrates suédois, Jimmie Akesson, a déclaré lors d’une conférence de presse que « le Bureau suédois des migrations deviendra un Bureau de la remigration » car « les immigrés vivant en Suède devront retourner dans les pays d’où ils viennent ».

C’est une victoire des identitaires, sémantique tout d’abord. Nos idées, défendues sans relâche depuis des années, font petit à petit irruption dans le débat politique. La Suède n’est qu’une première étape : bientôt, la nécessité de la remigration s’imposera dans tous les pays subissant une immigration massive.

Il s’agit du même mécanisme qui a rendu le terme « identitaire » absolument incontournable pour tous les politiciens français. Qu’ils s’en réclament ou s’en défient, ils ne peuvent pas ne pas parler de nous et de notre vision du monde. C’est LE concept qui clive aujourd’hui les partis, non plus entre eux, entre la gauche et la droite, mais en leur sein. C’est le jacobin Corbière contre l’islamo-gauchiste Obono.  C’est Valls qui défend une laïcité forte contre Hamon qui cède tout aux immigrés et à l’islam. C’est Fillon contre « Ali » Juppé. Et peu importe que certains d’entre eux soient insincères : ils sont forcés de se saisir du thème.

C’est donc aussi une victoire idéologique. Parce que le concept de remigration est discuté, il est graduellement normalisé au sein de notre peuple. Les partis politiques de tous bords doivent se positionner autour. Et notre rôle, à nous qui sommes la première ligne, est de pousser un maximum de ces partis à considérer la remigration comme réalisable dans un premier temps, puis digne d’être défendue.

C’est un concept politique connu sous le nom de « Fenêtre d’Overton ». Overton a analysé la façon dont évolue le discours public autour des idées perçues comme plus ou moins défendables. Selon lui, une idée peut être classée comme allant d’impensable à politique, en passant par plusieurs nuances : radicale, acceptable, sensée et populaire.

Trop longtemps, la gauche a dominé le discours ambiant. Pour nos ancêtres de la guerre de 14, et tous ceux d’avant, le multiculturalisme aurait été une idée radicale voire tout à fait impensable. Pourtant, à cause de Mai 68 et de l’influence culturelle de la gauche, le multiculturalisme, comme l’immigration massive, paraissent aujourd’hui sensées et sont des politiques menées par nos gouvernements. La gauche a su faire bouger la « Fenêtre d’Overton » vers la gauche. Le rôle historique de la droite nationale est de faire à nouveau bouger la Fenêtre d’Overton, cette fois-ci vers la droite.

C’est pourquoi les identitaires sont à la pointe du combat politique. Par nos actions, nous rendons acceptables et bientôt sensées des idées qui semblaient impensables il y a encore quelques années. Avec le temps, elles seront populaires, au point que les politiciens seront forcés d’en discuter puis de les défendre s’ils veulent être élus.

Jimmie Akesson a rappelé que « beaucoup sont venus en Suède pour de fausses raisons et nous devons faciliter leur retour dans leur pays d’origine ». C’est pareil en France, et partout en Europe. C’est à nous de pousser, partout, des responsables politiques à faire comme Akesson.

Oui, la remigration est possible. Et oui, il faut la mettre en place au plus vite.

Thierry Dubois

Dans la même catégorie

Nantes Révoltée, antifascistes lyonnais : les dissolutions asymétriques

Le premier mandat d’Emmanuel Macron avait vu plusieurs vagues de dissolutions d’organisations politiques : la première les mouvements proches de la mouvance islamiste (Collectif contre l’islamophobie, Baraka City), la deuxième visait les groupes de droite (Génération...

Taha Bouhafs et l’agonie interminable de la politesse politique

Dans un tweet récent[1], la journaliste du Figaro Eugénie Bastié se lamentait du fait que le militant indigéniste notoire Taha Bouhafs (épinglé à de multiples reprises dans son propre camp pour des déclarations incendiaires) retire sa candidature aux législatives dans...

La France contre les rentiers

Ce que les élections présidentielles passées et les législatives à venir révèlent de la société française, c’est qu’elle est aux mains des rentiers. Mais ceux-ci ne constituent pas une « classe » monolithique et indifférenciée ; ils sont plutôt un assemblage de...

Débats de l’entre-deux tours : les nouveaux archétypes de la démocratie française

Au-delà des sujets abordés et de savoir qui a « gagné » le débat de l’entre-deux tours, il importe surtout de comprendre que cette rencontre médiatique a permis de confirmer l’apparition de nouveaux archétypes dominants dans la politique française, incarnés dans les...

Non, Macron n’est pas libéral

C’est un refrain devenu classique dans le commentariat français : qu’on le déplore ou qu’on s’en réjouisse, une chose est sûre concernant Emmanuel Macron : c’est un président libéral. Pour certains, il est un « néo » voire « ultralibéral », pourfendeur de la dépense...

La France contre les boomers

Malgré un quinquennat désastreux sur tous les plans et une détestation populaire rarement vue pour un président de la Ve République, Emmanuel Macron a été réélu. Et ce de façon confortable. Ce paradoxe est incompréhensible pour celui qui ne voit pas que la France est...

Le grand cadavre à la renverse du « barrage républicain »

Depuis 2002, une tradition bien particulière continue de marquer la vie politique française, celle du « barrage républicain ». Le principe est connu : à n’importe quel scrutin où le Front national/Rassemblement national est présent au second tour, toutes les forces...

#Zemmour2022, les raisons d’une déception

Dans les rangs des partisans de Reconquête !, le score de 7 % de leur candidat a fait l’effet d’une bombe. Le discours donné par Éric Zemmour à la suite de sa défaite, par ailleurs tout à fait honorable (dans lequel il a endossé sa responsabilité mais à appeler à...