Accueil | Société | La vaccination des enfants, nouvelle étape dans le contrôle de la jeunesse

La vaccination des enfants, nouvelle étape dans le contrôle de la jeunesse

« En l’espace d’une semaine, nous apprend BFMTV, le taux d’incidence des enfants de 6-10 ans a été multiplié par 2,5 et est désormais égal à 340 cas pour 100 000 habitants, alors que la moyenne nationale pour les adultes s’établit à 191 (…) Les collégiens affichent eux aussi une incidence supérieure à la moyenne tous âges confondus, avec un taux de 208 chez les 11-14 ans »[1]. Le 23 novembre dernier, Jean-Michel Blanquer a annoncé que 6 000 classes étaient fermées dans le pays. Le ministre n’a pas précisé s’il s’agissait principalement de classes primaires, de collège ou de lycée. Pour rappel, il y a près de 286 000 classes d’école primaire[2]. C’est dire à quel point la fermeture de ces 6 000 classes est anecdotique. « Il va bien falloir se poser la question de la vaccination des enfants, affirme Jean-Michel Molina, chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital Saint-Louis (AP-HP). C’est aussi un moyen d’éviter que les petits transmettent à des personnes plus fragiles. »

Nous y sommes. La vaccination obligatoire des enfants sera l’un des grands débats à venir. Avec la loi contre le « séparatisme », qui touche aussi bien les foyers d’islamisme que les écoles indépendantes qui ne menacent pas l’ordre public, Emmanuel Macron et son gouvernement avaient déjà porté un coup dur aux libertés familiales. De la même manière, la possibilité pour des mineurs, à partir de 16 ans, de se faire vacciner contre le Covid-19 malgré l’avis de leurs parents, était une étape décisive. Les partisans de cette mesure ont parlé d’une décision émancipatrice.

Il faut séparer l’enfant de sa famille pour le soumettre plus efficacement aux « valeurs républicaines », c’est-à-dire, dans les faits, à l’Etat. Toutes ces mesures vont précisément dans le même sens : au nom de la liberté, briser le lien familial et intergénérationnel. Façonner une société mythique d’individus éclairés. Or, on voit bien tous les jours, avec les habitudes malsaines de port du masque en toutes circonstances par un grand nombre de collégiens, que la fameuse « liberté » masque une pénétration de l’esprit des jeunes par l’Etat.

La « liberté » est le concept le plus manipulé de l’histoire humaine. Dans toute communauté, et la famille – comme la nation – en est une, il y a une autorité qui doit être à la fois protectrice, régulatrice et stimulante pour ses membres. C’est le rôle des parents et des aînés à l’intérieur d’une famille. Sans respect de cet échelon familial, il n’y a plus de liberté pour les enfants. Sans sauvegarde de ces corps intermédiaires qui protègent le citoyen de l’Etat, jouant le rôle de filtre, il n’y a plus de liberté. Sans autorité locale, pas de liberté et un étatisme soviétoïde étouffant. Ne laissons pas les ennemis de l’idée communautaire, de la famille, de nos identités, s’accaparer la liberté. Militants de l’identité, défendons nos libertés !

Clément Martin

[1] 24 novembre 2021, https://www.bfmtv.com/sante/148-en-une-semaine-le-taux-d-incidence-explose-chez-les-6-10-ans_AV-202111240051.html

[2] https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cole_primaire_en_France

 

Dans la même catégorie

Taha Bouhafs et l’agonie interminable de la politesse politique

Dans un tweet récent[1], la journaliste du Figaro Eugénie Bastié se lamentait du fait que le militant indigéniste notoire Taha Bouhafs (épinglé à de multiples reprises dans son propre camp pour des déclarations incendiaires) retire sa candidature aux législatives dans...

La France contre les rentiers

Ce que les élections présidentielles passées et les législatives à venir révèlent de la société française, c’est qu’elle est aux mains des rentiers. Mais ceux-ci ne constituent pas une « classe » monolithique et indifférenciée ; ils sont plutôt un assemblage de...

La violence de l’assimilation et la réponse identitaire

Éric Zemmour a sans conteste été le candidat de la transgression : en parlant de Grand Remplacement et de remigration, il a permis à la cause identitaire d’affaiblir les digues du multiculturalisme et de l’immigration de masse en France. Si la droite ne veut pas se...

Les mathématiques, ennemies du Progrès ? Les réfugiés ukrainiens contre le dogme multiculturel

Depuis l’arrivée des réfugiés de guerre ukrainiens en France, plusieurs médias ont relayé la surprise des professeurs devant les talents en mathématiques des élèves nouvellement arrivés comparés à ceux des « Français »[1]. Quelles sont donc les raisons mystérieuses...

Débats de l’entre-deux tours : les nouveaux archétypes de la démocratie française

Au-delà des sujets abordés et de savoir qui a « gagné » le débat de l’entre-deux tours, il importe surtout de comprendre que cette rencontre médiatique a permis de confirmer l’apparition de nouveaux archétypes dominants dans la politique française, incarnés dans les...

Non, Macron n’est pas libéral

C’est un refrain devenu classique dans le commentariat français : qu’on le déplore ou qu’on s’en réjouisse, une chose est sûre concernant Emmanuel Macron : c’est un président libéral. Pour certains, il est un « néo » voire « ultralibéral », pourfendeur de la dépense...

La France contre les boomers

Malgré un quinquennat désastreux sur tous les plans et une détestation populaire rarement vue pour un président de la Ve République, Emmanuel Macron a été réélu. Et ce de façon confortable. Ce paradoxe est incompréhensible pour celui qui ne voit pas que la France est...

Le grand cadavre à la renverse du « barrage républicain »

Depuis 2002, une tradition bien particulière continue de marquer la vie politique française, celle du « barrage républicain ». Le principe est connu : à n’importe quel scrutin où le Front national/Rassemblement national est présent au second tour, toutes les forces...