Accueil | Société | Le twerk militant : l’avilissement comme outil d’agit prop

Le twerk militant : l’avilissement comme outil d’agit prop

« Le twerk est pour moi une véritable démarche politique, affirme Fannie Sosa, artiste féministe. Le twerk est antipatriarchal, anticapitaliste et anticolonial.[1] » Ceci peut expliquer la prestation offerte par le collectif Booty Therapy lors d’une manifestation contre les « violences sexistes » à Paris, le 20 novembre dernier[2]. On y voit une vingtaine de « danseuses » (puisqu’il faut les appeler ainsi) secouer leurs hanches et leurs fesses en cadence. Blanches, en grande partie. Miley Cyrus, lors du même exploit aux MTV Music Awards en 2003, avait été accusée d’appropriation culturelle. Identitaires et wokistes sont d’accord pour une fois : les Européens ne devraient pas s’avilir avec le twerk et le laisser aux femmes-objets des clips de rap.

On fait remonter le twerk aux esclaves noirs américains, on la relie à des danses ethniques d’Afrique de l’Ouest qui auraient essaimé en Jamaïque, colonie noire emblématique. On peut invoquer les origines les plus anciennes qui soient, il n’en reste pas moins que le twerk de Rihanna n’était pas dansé par les nounous du Sud confédéré ni par les matriarches de l’Afrique tribale. Le twerk contemporain vient du hip hop de la Nouvelle-Orléans et de la musique afro-américaine moderne, non du blues ou de la soul.

Le collectif Booty Therapy (« Thérapie du cul », littéralement) twerke pour « montrer que ce n’est une danse de putes mais une façon de se reapproprier son corps et de s’empouvoirer ». Derrière ce gloubi-boulga féministe, il faut comprendre une énième idéologisation d’un goût très personnel pour une danse très particulière. On pourra lui donner toutes les justifications politiques, essayer d’en faire un étendard de la déconstruction, le twerk reste un énième argument de vente pour réifier la femme, en faire un objet commercial, une potiche vendeuse. Peu importe leurs motivations, les twerkistes roulent pour la société de consommation et n’honorent pas la féminité.

Entre le twerk et l’art moderne obscène, comme Milo Moiré qui pond des œufs avec son vagin[3], on voit bien que l’argument politique est devenu l’alibi de tous les manques d’imagination et des obsessions névrotiques des néo-féministes. Le militantisme n’est plus, dès lors, un outil au service de la Cité, un moyen d’expression public, mais un défouloir personnel que la majorité des gens normaux sont sommés de regarder et, surtout, de tolérer. Redonner ses lettres de noblesse au politique passe immanquablement par un décentrement vis-à-vis de soi-même et par le primat accordé au discours, plutôt qu’à l’exhibition narcissique.

[1] 16 juillet 2015, https://observers.france24.com/fr/20150716-twerk-danse-sexe-emancipation-liberation-therapie

[2] 21 novembre 2021, https://www.valeursactuelles.com/societe/video-manifestation-nous-toutes-un-collectif-de-femmes-twerke-pour-montrer-que-ce-nest-pas-une-danse-de-putes

[3] 16 avril 2014, https://www.lematin.ch/story/elle-pond-des-ufs-avec-son-sexe-162406423663

Dans la même catégorie

L’avenir de l’Europe : de Peter Thiel à Guillaume Faye

Peter Thiel est un milliardaire américain (dont la fortune est estimée à 5 milliards de dollars) connu pour être l’un des co-fondateurs de PayPal et le premier investisseur externe de Facebook, ainsi que l’auteur de De zéro à un : Comment construire le futur, un...

Tolérance du burkini à Tours : des petites compromissions à la grande soumission

Récemment, le centre aquatique de Tours a pris la décision de tolérer le port du burkini dans son enceinte, justifiant cette décision par la nécessité de « nous adapter culturellement à notre société qui évolue[1] ». Derrière cet argument des plus faibles se cache la...

Trump et la traversée du Rubicon

Le 8 août dernier, le FBI menait une perquisition spectaculaire au domicile de l’ex-président des États-Unis Donald Trump. Celui-ci a publié un communiqué dénonçant un acte de « persécution politique ». Si les motifs du FBI concernant la perquisition n’ont pas encore...

De la lutte politique comme guerre de religions

On le sait depuis Clausewitz, « la guerre, c’est la politique par d’autres moyens ». Michel Foucault, historien et philosophe-phare de la gauche depuis les années 60, avait retourné la fameuse formule du général de division prussien, qui devenait ainsi : « La...

Viols de Telford : oui, l’antiracisme doit mourir

Un rapport publié récemment dans les médias britanniques fait le point sur les viols de Telford, qui désignent les sévices sexuels subis par plus de 1 000 jeunes filles depuis les années 80 jusqu’à 2018, infligés pour l’essentiel par des Pakistanais ; il s’agit...

Gérald Darmanin, fossoyeur de la sécurité des Français

Il est difficile de se remémorer un ministre de l’Intérieur aussi incompétent que Gérald Darmanin, et, par conséquent, aussi nocif pour la sécurité des Français. En deux ans, le roitelet de la Place Beauvau a réussi à synthétiser toutes les forfaitures et tous les...

Variole du singe : une nouvelle pièce dans le jukebox

À en croire les articles récents de la presse mainstream, le nouveau danger qui menace la vie des Français, c’est la variole du singe (ou monkeypox). Après l’hystérie autour du Covid-19, c’est au tour de cette variole venue du Nigéria de prendre la vedette. Alors que...

La mémoire de l’Algérie : panser l’avenir

Tous les ans, le cirque se répète : la mémoire de l’Algérie française envahit la conscience nationale. Que l’épopée coloniale soit regrettée ou mise au ban, elle révèle le blocage culturel qui fait que, 60 ans après son indépendance, l’Algérie n’a jamais été aussi...