Accueil | Société | Les effets de la Covid19 sur notre identité

Les effets de la Covid19 sur notre identité

Un article surréaliste de France Bleu, en date du 3 novembre dernier, nous informe d’un rebond de l’épidémie de Covid-19 dans la Creuse¹. Des foyers d’infection (ou clusters si vous êtes un Américain) auraient été causés, d’après l’Agence régionale de santé, par des thés dansants, des concours de pétanque, des soirées moules-frites ou des repas d’anniversaire. Le ton est évidemment culpabilisateur : « pour la première fois depuis des mois une personne est en réanimation à l’hôpital de Guéret. Son état de santé n’est pas alarmant. Le nombre de malades hospitalisés dans le département augmente également. » Une personne en réanimation et la République tremble… Quant au fameux taux d’incidence, dont on nous alerte qu’il est en augmentation, il est à 1 pour 1 000 : un « contaminé », soit un positif (donc pas nécessairement un malade, et encore moins un malade hospitalisé), sur 1 000 habitants du département.

La psychose dans laquelle nous vivons est tout à fait inquiétante. Elle dévitalise les Français, les plonge dans l’inquiétude permanente et décourage certainement la natalité en même temps qu’elle assombrit l’avenir. D’un point de vue identitaire, la coronafolie est désastreuse. En ciblant les rassemblements, occasions de tisser le lien communautaire par la sociabilité naturelle, la politique sanitaire détruit lentement mais sûrement l’identité collective de la population, forgée dans les moments partagés. Ceux-ci sont d’autant plus vitaux dans des régions rurales comme la Ceuse, victimes d’une désaffection économique et administrative.

La culpabilisation sape l’équilibre mental de la population. Rappelez-vous de Noël dernier. « On coupe la bûche de Noël en deux, papy et mamie mangent dans la cuisine et nous dans la salle à manger », avait préconisé Rémi Salomon, président de la commission médicale d’établissement de l’AP-HP, mardi 24 novembre 2020². Chaque individu est renvoyé à une responsabilité sanitaire démesurée, faisant reposer sur ses épaules les manquements de l’Etat, notamment la gestion des places à l’hôpital. Cet individualisme malsain, qui invoque la responsabilité au sacrifice de la liberté, isole psychologiquement chaque Français dans un cercle vicieux d’inquiétudes moralement destructrices. Pour beaucoup, le seul moyen d’accepter cette situation, et de se rassurer, est de commuer la contrainte en « devoir civique », selon un discours médiatique bien rôdé. Les gestes-barrière sont « citoyens », le masque est « citoyen », la vaccination est un « acte citoyen ». Cette dissonance cognitive est bien la preuve que nous sommes dans un état de servitude volontaire.

Jugé plus grave que le grand remplacement, le Covid-19 a bien failli nous faire oublier le risque de disparition du peuple français. La covidisation du débat public, ramenant toute problématique à la situation sanitaire du pays, a occulté les problèmes générés par l’immigration-invasion. Suprême hypocrisie : tout le monde devait s’isoler sauf le pays, qui, les premiers mois, de façon tout à fait incohérente, est resté ouvert au monde entier. Si l’identité d’une nation est l’âme d’un peuple, sa sauvegarde devrait être aussi importante pour un individu que sa santé physique.

¹ https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/les-thes-dansants-et-les-soirees-moules-frites-a-l-origine-du-rebond-du-covid-19-en-creuse-1635969704

² https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/confinement/video-confinement-a-noel-on-coupe-la-buche-en-deux-et-papy-et-mamie-mangent-dans-la-cuisine-preconise-le-professeur-salomon_4193521.html

Dans la même catégorie

Taha Bouhafs et l’agonie interminable de la politesse politique

Dans un tweet récent[1], la journaliste du Figaro Eugénie Bastié se lamentait du fait que le militant indigéniste notoire Taha Bouhafs (épinglé à de multiples reprises dans son propre camp pour des déclarations incendiaires) retire sa candidature aux législatives dans...

La France contre les rentiers

Ce que les élections présidentielles passées et les législatives à venir révèlent de la société française, c’est qu’elle est aux mains des rentiers. Mais ceux-ci ne constituent pas une « classe » monolithique et indifférenciée ; ils sont plutôt un assemblage de...

La violence de l’assimilation et la réponse identitaire

Éric Zemmour a sans conteste été le candidat de la transgression : en parlant de Grand Remplacement et de remigration, il a permis à la cause identitaire d’affaiblir les digues du multiculturalisme et de l’immigration de masse en France. Si la droite ne veut pas se...

Les mathématiques, ennemies du Progrès ? Les réfugiés ukrainiens contre le dogme multiculturel

Depuis l’arrivée des réfugiés de guerre ukrainiens en France, plusieurs médias ont relayé la surprise des professeurs devant les talents en mathématiques des élèves nouvellement arrivés comparés à ceux des « Français »[1]. Quelles sont donc les raisons mystérieuses...

Débats de l’entre-deux tours : les nouveaux archétypes de la démocratie française

Au-delà des sujets abordés et de savoir qui a « gagné » le débat de l’entre-deux tours, il importe surtout de comprendre que cette rencontre médiatique a permis de confirmer l’apparition de nouveaux archétypes dominants dans la politique française, incarnés dans les...

Non, Macron n’est pas libéral

C’est un refrain devenu classique dans le commentariat français : qu’on le déplore ou qu’on s’en réjouisse, une chose est sûre concernant Emmanuel Macron : c’est un président libéral. Pour certains, il est un « néo » voire « ultralibéral », pourfendeur de la dépense...

La France contre les boomers

Malgré un quinquennat désastreux sur tous les plans et une détestation populaire rarement vue pour un président de la Ve République, Emmanuel Macron a été réélu. Et ce de façon confortable. Ce paradoxe est incompréhensible pour celui qui ne voit pas que la France est...

Le grand cadavre à la renverse du « barrage républicain »

Depuis 2002, une tradition bien particulière continue de marquer la vie politique française, celle du « barrage républicain ». Le principe est connu : à n’importe quel scrutin où le Front national/Rassemblement national est présent au second tour, toutes les forces...