Accueil | Articles | Tribunes | Macron, la Russie et l’Ukraine : le cirque de l’impuissance

Macron, la Russie et l’Ukraine : le cirque de l’impuissance

À l’heure où ces lignes sont écrites, la Russie vient d’envahir l’Ukraine, dans le cadre d’une « mission de maintien de la paix ». Cette décision fait suite aux tentatives échouées d’Emmanuel Macron de convenir d’une solution garantissant la paix entre Kiev et Moscou. Après chacun des deux entretiens entre Vladimir Poutine et Emmanuel Macron (le 7[1] et le 20 février[2]), ce dernier s’était vanté d’avoir trouvé un terrain d’entente qui éviterait l’escalade des violences. Quatre jours après le dernier face-à-face entre Paris et Moscou, la Russie lançait l’assaut. Cet épisode illustre à la fois la théâtralité du gouvernement Macron autant que l’impuissance française et européenne actuelle.

L’agitation au service de l’illusion

La conception « jupitérienne » du pouvoir revendiquée par Emmanuel Macron était un slogan habile, une tactique marketing de bas-étage consistant à promettre le retour de l’autorité au sommet de l’État. Bien entendu, la réalité est rapidement apparue au grand jour : Macron gouverne comme un manager tyrannique, usant de son faible pouvoir pour humilier les Français honnêtes (mesures sanitaires, répression des Gilets jaunes, ensauvagement par l’immigration) tout en acceptant toutes les concessions à l’international. L’enjeu pour le chef de l’État est crucial : alimenter l’illusion d’une continuité gaullienne (équilibre et puissance française) dans les questions internationales, alors que le dossier ukrainien (parmi d’autres) révèle au contraire le fait que la France soit devenue une « puissance de moyenne impuissance », qui continue à jouer le rôle suranné de l’arbitre de l’Europe, sous la risée des puissances américaine et russe.

Plus que jamais, la nécessité vitale de la « forteresse Europe »

Mais plus encore que la faiblesse de l’État hexagonal, la crise russo-ukrainienne illustre à quel point la construction européenne actuelle, basée sur l’échange des migrants et des marchandises, l’inclusivité, la bureaucratie et l’Eurovision, est incapable de faire respecter les intérêts de la civilisation européenne sur la scène internationale. Bâtie comme un simple agrégat économique au service des « droits de l’Homme », l’Union européenne se retrouve comprimée entre les velléités hégémoniques des États-Unis à l’Ouest et de la Russie à l’Est et passe à côté de son rôle historique : celui de donner naissance à une diplomatie européenne cohérente, soucieuse de défendre les Européens dans un monde de plus en plus conflictuel. Dans ces conditions, il n’est pas surprenant que certains Européens patriotes soutiennent la Russie de Poutine de façon précipitée, par réflexe de rejet envers l’intelligentsia occidentale formée au discours de Washington.

Mais comme toujours, la réalité est plus complexe et nécessite de briser les réflexes faciles. Sans une prise de conscience de leur destin commun, les Européens seront condamnés à demeurer des peuples satellites des deux empires qui les encerclent. Le temps est venu de tenir un nouveau discours à l’Europe, celui de l’auto-détermination, de l’identité et de la puissance, seul capable de nous redonner notre liberté et notre indépendance.

Clément Martin

[1] https://www.la-croix.com/France/Emmanuel-Macron-rendra-Russie-Ukraine-7-8-fevrier-2022-02-04-1201198537

[2] https://www.france24.com/fr/europe/20220220-ukraine-un-entretien-de-la-derni%C3%A8re-chance-entre-macron-et-poutine

Dans la même catégorie

Taha Bouhafs et l’agonie interminable de la politesse politique

Dans un tweet récent[1], la journaliste du Figaro Eugénie Bastié se lamentait du fait que le militant indigéniste notoire Taha Bouhafs (épinglé à de multiples reprises dans son propre camp pour des déclarations incendiaires) retire sa candidature aux législatives dans...

La France contre les rentiers

Ce que les élections présidentielles passées et les législatives à venir révèlent de la société française, c’est qu’elle est aux mains des rentiers. Mais ceux-ci ne constituent pas une « classe » monolithique et indifférenciée ; ils sont plutôt un assemblage de...

La violence de l’assimilation et la réponse identitaire

Éric Zemmour a sans conteste été le candidat de la transgression : en parlant de Grand Remplacement et de remigration, il a permis à la cause identitaire d’affaiblir les digues du multiculturalisme et de l’immigration de masse en France. Si la droite ne veut pas se...

Les mathématiques, ennemies du Progrès ? Les réfugiés ukrainiens contre le dogme multiculturel

Depuis l’arrivée des réfugiés de guerre ukrainiens en France, plusieurs médias ont relayé la surprise des professeurs devant les talents en mathématiques des élèves nouvellement arrivés comparés à ceux des « Français »[1]. Quelles sont donc les raisons mystérieuses...

Débats de l’entre-deux tours : les nouveaux archétypes de la démocratie française

Au-delà des sujets abordés et de savoir qui a « gagné » le débat de l’entre-deux tours, il importe surtout de comprendre que cette rencontre médiatique a permis de confirmer l’apparition de nouveaux archétypes dominants dans la politique française, incarnés dans les...

Non, Macron n’est pas libéral

C’est un refrain devenu classique dans le commentariat français : qu’on le déplore ou qu’on s’en réjouisse, une chose est sûre concernant Emmanuel Macron : c’est un président libéral. Pour certains, il est un « néo » voire « ultralibéral », pourfendeur de la dépense...

La France contre les boomers

Malgré un quinquennat désastreux sur tous les plans et une détestation populaire rarement vue pour un président de la Ve République, Emmanuel Macron a été réélu. Et ce de façon confortable. Ce paradoxe est incompréhensible pour celui qui ne voit pas que la France est...

Le grand cadavre à la renverse du « barrage républicain »

Depuis 2002, une tradition bien particulière continue de marquer la vie politique française, celle du « barrage républicain ». Le principe est connu : à n’importe quel scrutin où le Front national/Rassemblement national est présent au second tour, toutes les forces...