Accueil | Articles | Tribunes | Noël en sursis : responsabilité individuelle et totalitarisme

Noël en sursis : responsabilité individuelle et totalitarisme

Pour la philosophe Hannah Arendt, le totalitarisme n’est pas nécessairement un régime politique, comme le IIIe Reich, l’URSS ou le régime nord-coréen. C’est une dynamique, une tendance sociale impulsée et mise en œuvre par différents acteurs : gouvernement, médias, artistes, enseignants, etc. Le totalitarisme peut donc se développer dans l’opinion publique sans contrainte aussi forte que des peines de prison ou des exécutions sommaires. Il suffit de conserver les vagues apparences d’un Etat de droit comme le nôtre et, concrètement, de pourrir la vie des gens au quotidien par l’introduction d’un « Pass sanitaire ». Vaille que vaille, on s’y soumet par manque de conscience politique générale, d’attachement aux libertés, d’organisation et de solidarité dans la résistance…

Le totalitarisme se distingue, de surcroît, par son caractère totalisant : une idée, ou une idéologie, s’appliquant à tous les domaines de la vie (couple, éducation, culture, aménagement urbain…) est totalitaire. L’antiracisme est devenu totalitaire, le « communisme du XXIe siècle » selon Renaud Camus. Apologie du métissage dans la publicité, « métissage culinaire » à la mode, enseignement de « l’ouverture à l’Autre » à l’école, etc.

Un nouveau totalitarisme a surgi : le covidisme. Soit la peur irraisonnée d’une maladie qui peut, certes, foudroyer certaines personnes fragiles, surtout les séniors atteints de comorbidité. Mais dont les mesures d’endiguement (confinement, isolement, fermetures d’écoles, Passe sanitaire) provoquent un trouble social plus néfaste que le mal lui-même. Il n’y a qu’à voir l’explosion de la consommation d’antidépresseurs, les retards de langage chez les enfants confrontés à des enseignants en masque, les couples et les familles victimes de violence domestique, les suicides, etc.

Comme l’an dernier, Noël est en sursis. Comme l’an dernier, on se demande s’il faudra couper la bûche en deux et manger dans deux pièces différentes, ainsi que le proposait Rémi Salomon, président de la commission médicale d’établissement de l’AP-HP[1]. « Noël menacé par la 5e vague de Covid ? Cela dépend de nous, alertent les chercheurs ». Voici le titre d’un article du Huffington Post[2], révélateur d’une mentalité culpabilisatrice à l’égard des Français. Autrefois, le totalitarisme s’affichait franchement : le « guide suprême » assumait sa volonté de domination pour, disait-il, le « bien du peuple ». Désormais, les privations de liberté ne seraient que la conséquence malheureuse du mauvais comportement des réfractaires au covidisme. Ou comment, selon la logique plutôt libérale du couple liberté-responsabilité, on arrive finalement à justifier le totalitarisme.

Ce dévoiement intellectuel touchera bientôt tous les domaines. On parle déjà, la ministre de la Transition énergétique Barbara Pompili l’a promis, d’interdire l’accès aux centres-villes pour les « voitures polluantes »[3]. En attendant, pourquoi pas, un passe sur la consommation éco-responsable pour limiter la consommation des gens, chose d’autant plus facile à mettre en œuvre si l’on fait progressivement disparaître les espèces. On n’a jamais autant limité les libertés des gens au nom même de la responsabilité individuelle. Cela porte un nom et a déjà été analysé au XVIe siècle par Etienne de la Boétie : la servitude volontaire.

Clément Martin

[1] 24 novembre 2020, https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/confinement/video-confinement-a-noel-on-coupe-la-buche-en-deux-et-papy-et-mamie-mangent-dans-la-cuisine-preconise-le-professeur-salomon_4193521.html

[2] 3 décembre 2021, https://www.huffingtonpost.fr/entry/noel-menace-par-la-5e-vague-de-covid-cela-depend-de-nous-alertent-les-chercheurs_fr_61a8c04ce4b0451e5511e84a

[3] France Info, 28 mars 2021, https://www.fdesouche.com/2021/03/28/loi-climat-et-resilience-les-vehicules-pas-assez-propres-seront-interdits-de-centre-ville-dans-les-grandes-villes

Dans la même catégorie

Nantes Révoltée, antifascistes lyonnais : les dissolutions asymétriques

Le premier mandat d’Emmanuel Macron avait vu plusieurs vagues de dissolutions d’organisations politiques : la première les mouvements proches de la mouvance islamiste (Collectif contre l’islamophobie, Baraka City), la deuxième visait les groupes de droite (Génération...

Taha Bouhafs et l’agonie interminable de la politesse politique

Dans un tweet récent[1], la journaliste du Figaro Eugénie Bastié se lamentait du fait que le militant indigéniste notoire Taha Bouhafs (épinglé à de multiples reprises dans son propre camp pour des déclarations incendiaires) retire sa candidature aux législatives dans...

La France contre les rentiers

Ce que les élections présidentielles passées et les législatives à venir révèlent de la société française, c’est qu’elle est aux mains des rentiers. Mais ceux-ci ne constituent pas une « classe » monolithique et indifférenciée ; ils sont plutôt un assemblage de...

La violence de l’assimilation et la réponse identitaire

Éric Zemmour a sans conteste été le candidat de la transgression : en parlant de Grand Remplacement et de remigration, il a permis à la cause identitaire d’affaiblir les digues du multiculturalisme et de l’immigration de masse en France. Si la droite ne veut pas se...

Les mathématiques, ennemies du Progrès ? Les réfugiés ukrainiens contre le dogme multiculturel

Depuis l’arrivée des réfugiés de guerre ukrainiens en France, plusieurs médias ont relayé la surprise des professeurs devant les talents en mathématiques des élèves nouvellement arrivés comparés à ceux des « Français »[1]. Quelles sont donc les raisons mystérieuses...

Débats de l’entre-deux tours : les nouveaux archétypes de la démocratie française

Au-delà des sujets abordés et de savoir qui a « gagné » le débat de l’entre-deux tours, il importe surtout de comprendre que cette rencontre médiatique a permis de confirmer l’apparition de nouveaux archétypes dominants dans la politique française, incarnés dans les...

Non, Macron n’est pas libéral

C’est un refrain devenu classique dans le commentariat français : qu’on le déplore ou qu’on s’en réjouisse, une chose est sûre concernant Emmanuel Macron : c’est un président libéral. Pour certains, il est un « néo » voire « ultralibéral », pourfendeur de la dépense...

La France contre les boomers

Malgré un quinquennat désastreux sur tous les plans et une détestation populaire rarement vue pour un président de la Ve République, Emmanuel Macron a été réélu. Et ce de façon confortable. Ce paradoxe est incompréhensible pour celui qui ne voit pas que la France est...