Accueil | Politique | 4 solutions pour en finir avec la dénatalité et relancer la fécondité européenne

4 solutions pour en finir avec la dénatalité et relancer la fécondité européenne

Les identitaires le savent : la démographie, c’est le destin[1]. Mais la question démographique ne se limite pas à celle de l’immigration et des mouvements de population. Pour comprendre les enjeux majeurs du xxie siècle et pour s’assurer de la pérennité de la civilisation européenne, il faut poser la question de la natalité, soit la capacité du peuple (français ou européen) à se renouveler et à faire perdurer son identité collective.

Une lame de fond traverse l’Occident, celle de la dénatalité. Et contrairement à ce qu’affirment les constats naïfs des démographes d’État, la situation française n’est pas meilleure que celle de nos voisins européens : les taux de natalité légèrement supérieurs de la France sont artificiellement gonflés par la poussée démographique immigrée[2].

Mais alors, comment surmonter cet obstacle ? Pour répondre à ce défi, il faudra procéder à plusieurs mises au point et se défaire des solutions préconçues.

Pourquoi la dénatalité n’est pas un élément de réjouissance

On entend parfois au sein de la droite que la faible natalité européenne serait une source de réjouissance, un phénomène qu’il faudrait poursuivre ou sinon ne pas tenter de renverser. Dans le même temps, il faudrait continuer à lutter contre l’invasion migratoire. C’est notamment la position de Renaud Camus. Une telle vision n’est pas tenable car elle revient à considérer que l’avenir de notre civilisation, c’est de se laisser mourir tranquillement, de céder à la « mort tiède[3] » et de ne reprocher aux masses immigrées que leur manque de courtoisie lorsqu’ils perturbent le silence du cimetière européen. Peut-on sérieusement chercher à se battre pour réclamer notre sanctuaire millénaire dans le seul but d’y rendre son dernier souffle et de mettre un terme à l’épopée de la plus grande culture que le monde a connu ? L’intérêt d’une telle démarche nous échappe.

Certains pourraient rétorquer que la natalité relativement plus faible de l’Europe de l’Ouest comparée au reste du monde[4] est une particularité qui nous appartient en propre. Peut-être, mais cela ne signifie pas que nos ancêtres ont pratiqué le suicide démographique actuel pendant les siècles précédents. Si c’était le cas, nous ne serions pas là pour en discuter. Ce qui est sûr, c’est qu’aujourd’hui, notre incapacité tendancielle à renouveler la population européenne annonce une catastrophe majeure (qui a déjà commencé) : l’alliance de la gérontocratie (règne des anciens) et de l’allocratie (règne des étrangers). Ce phénomène est parfaitement observable en France : pour financer les retraites des boomers, ceux-ci votent pour faire venir des masses immigrées, censées remplacer les Français, accusés de refuser de travailler (produire) et de faires des enfants (se reproduire). Les conséquences d’une telle alliance impie sont, sans surprise, catastrophiques pour notre pays : naufrage dans le conformisme, la rente, la perte de nos repères culturels et la violence barbare du quotidien.

La disparition progressive du peuple européen n’est pas seulement un problème pour l’avenir. C’est également le symptôme d’une crise dans la conscience de notre culture. N’importe quel individu, famille, peuple ou civilisation ressent le besoin instinctif de se perpétuer. Lorsque ce besoin profond s’efface, c’est le signe d’un malaise, voire d’une maladie, qui parvient à soumettre la pulsion de vie de chacun et de tous. Pour apporter une réponse efficace à la dénatalité, il est nécessaire de dessiner le contour des conditions fondamentales requises pour que cet instinct vital puisse s’exprimer.

Quelles solutions ?

  1. Maturité psychologique et environnement culturel

Une vérité essentielle est systématiquement évitée des débats sur les taux de natalité : pour faire des enfants, il faut être un adulte. Les enfants ne font pas d’enfants. Bien entendu, cela est vrai au niveau biologique mais aussi au niveau psychologique. Donner la vie et fonder une vie de famille, c’est considérer qu’il est vertueux et souhaitable de mettre sa vie au service d’autre chose que de sa pure satisfaction personnelle. Une population bloquée dans une enfance ou une adolescence perpétuelle va, sans surprise, repousser ad infinitum cette étape de la vie, lui préférant la construction d’une carrière ou la poursuite des satisfactions hédonistes adolescentes.

La culture occidentale est celle d’une cour de récréation géante, dominée par des commissaires politiques aux techniques de domination identiques à celles des profs d’école primaire (zèle des mesures sanitaires telles que le port du masque, injonction perpétuelle à la gentillesse, tyrannie de la mièvrerie, etc.). Pas étonnant que les Occidentaux restent bloqués dans un refus obstiné de l’âge adulte, considéré comme « réac », rétrograde et ennuyeux.

Dans ces conditions, on comprend que le travail politique à entreprendre pour résoudre la crise de la natalité est bien plus profond qu’une simple série de mesures économiques immédiates et a beaucoup plus à voir avec un changement de cap majeur dans les valeurs qui régissent les parcours de vie de l’Européen ou du Français moyen. Et ces valeurs que nous souhaitons ne pourront émerger que dans une société dans laquelle les conditions de vie concrètes sont compatibles et encouragent l’adoption de telles valeurs. Par exemple, l’urbanisation de l’existence s’accompagne systématiquement d’une baisse du niveau de fertilité : la recherche infinie des stimulations de la vie en métropole retardant la constitution d’une famille, tout comme la nécessite de rester toujours plus longtemps sur les bancs de l’université.

  1. La politique du vivant et la perturbation de la vie

Le 8 mai dernier, Jean-Luc Mélenchon avait évoqué lors d’un passage télévisé la chute dramatique de la fertilité masculine de 40 % au cours des décennies récentes[5]. Si l’on peut s’étonner que ce soit un homme de gauche qui se fasse le porte-étendard d’une telle cause (la gauche contemporaine étant la faction la plus radicale dans l’antinatalisme, surtout s’il vise les Européens), il faudrait surtout s’étonner que la droite ne se soit jamais prononcée sur cette question, pourtant cruciale lorsque l’on prétend défendre la famille. Car le phénomène évoqué par Jean-Luc Mélenchon est bien réel[6] ; il est temps d’en faire un véritable sujet politique. Parmi les causes de cette infertilité chronique, on peut citer (entre autres) les régimes alimentaires malsains (junk food, notamment), la profusion de microplastiques et de perturbateurs endocriniens en tous genres dans la nourriture ainsi que les modes de vie et les conditions de travail excessivement sédentaires.

Il est temps que la droite sorte de son idéalisme et s’intéresse aux questions scientifiques de l’époque. Sans ça, elle se désarme pour mener les combats politiques cruciaux. Si l’on est authentiquement attaché à la famille et à l’identité de la France et de l’Europe, alors il faut utiliser de tous les moyens politiques possibles pour mettre un terme à la stérilisation du peuple européen.

  1. Transmission économique : une politique de l’héritage

Dans les sociétés occidentales basées sur l’économie de marché (et donc sur des formes plus ou moins accentuées de compétition économique) l’accès à une forme prospérité pour fonder une famille est un prérequis vital. C’est la raison pour laquelle les pays qui font face à une crise démographique majeure ont mis en place des politiques familiales ultra-volontaristes. Le gouvernement de Viktor Orban avait annoncé en 2019 de véritables mesures d’urgence : prêt de 31 500 euros pour la naissance d’un premier enfant, dont le remboursement est suspendu pour 3 ans à la naissance du deuxième (avec un effacement d’un tiers du capital). L’intégralité du capital à rembourser est effacée à la naissance du troisième enfant. Sans compter une batterie d’autres mesures[7].

De telles mesures posent pourtant un problème particulier dans beaucoup de pays d’Europe : en territoire remplacé, comment s’assurer que ces aides parviennent aux autochtones qui en ont besoin et pas aux Français d’importation, déjà adeptes des familles nombreuses et du recours aux aides sociales ? Une solution consisterait à faciliter les mécanismes d’héritage, en mettant un terme au racket fiscal dont font preuve les actifs Français, qui voient leurs salaires ponctionnés pour entretenir un État-providence de plus en plus cher et de plus en plus inefficace et qui ne peuvent même pas espérer léguer un héritage décent à leurs enfants. Sans les divers bricolages légaux et financiers, l’État dévore une quantité considérable de l’héritage (jusqu’à 60 % en ligne directe[8]), via un véritable impôt sur la mort. La filiation contient en elle-même la promesse d’une perpétuation au-delà de la mort via le transfert de son patrimoine (culturel, génétique et économique) à ses descendants. La surtaxation de l’héritage est une véritable démoralisation à fonder une famille.

  1. La confiance en l’avenir : mettre fin au règne de l’incertitude

Fonder une famille, c’est s’engager sur le long terme en consacrant sa vie à la réussite de ses descendants. Dans un environnement dominé par l’instabilité et la dégradation progressive de toutes les facettes de l’existence (sécurité, prospérité, optimisme), il n’est pas surprenant que la motivation des Français à devenir parents souffre.

La France du xxie siècle, c’est celle de la crise économique perpétuelle, de la succession des incompétents et des parasites au sommet de l’État, de l’anarcho-tyrannie[9] et de la domestication des citoyens honnêtes : c’est le glissement vers le bidonville post-moderne.

Pour casser le cercle vicieux de la décadence et du pessimisme qui en découle, on ne saurait procéder à des ajustements politiques mineurs : c’est seulement par un changement d’orientation radical du destin de la nation française (et de la civilisation européenne), porté par une élite à la fois enracinée et animée par la volonté de bâtir un avenir radieux pour les peuples de l’Ouest que l’on pourra espérer sortir de l’ornière.

Ce chantier de l’optimisme (qui n’est pas la croyance naïve que l’avenir sera facile mais dans la conviction que nous avons les forces de triompher) passe également par une véritable politique de l’identité : il ne faut pas se contenter de renverser tout l’édifice de la culpabilisation qui frappe les Européens. Cela n’est que la première étape du processus. Il faut élaborer les moyens d’affirmer notre identité, sa particularité, sa richesse et son caractère régénérateur. Comment peut-on espérer qu’une population définie par la haine d’elle-même puisse souhaiter se perpétuer et participer à écrire les prochains chapitres de l’histoire ? La confiance en soi, tant au niveau individuel que collectif est un impératif moral pour celui qui vise plus haut et plus loin.

Bien entendu, cette liste ne saurait être exhaustive. Elle permet cependant d’établir quelques principes généraux pour revitaliser le peuple européen. La question de la natalité ne saurait à se réduire à des manipulations comptables ou à des équations d’apothicaire : le salut de notre civilisation ne passera pas par la CAF, pas plus que l’histoire de l’Europe ne sera écrite par les peuples venus d’Afrique. Il faut se rappeler à chaque instant que pour mener une authentique politique de l’identité française et européenne, le combat doit être mené sur deux fronts : la remigration et le repeuplement.

Clément Martin

[1] Cette formule à l’origine incertaine est souvent imputée au fondateur du positivisme Auguste Comte.

[2] https://observatoire-immigration.fr/natalite-et-immigration/

[3] Selon le mot du prix Nobel d’éthologie Konrad Lorenz.

[4] Phénomène de la « ligne de Hajnal », du nom du sociologue anglo-hongrois qui théorisa ce phénomène en 1965.

[5] https://twitter.com/JLMelenchon/status/1523250351096410112

[6] https://www.europe1.fr/sante/pourquoi-linfertilite-masculine-augmente-et-comment-lutter-contre-3999684

[7] https://www.lepoint.fr/politique/emmanuel-berretta/hongrie-le-plan-d-orban-pour-doper-la-natalite-et-eviter-les-migrants-15-02-2019-2293572_1897.php

[8] https://www.touscontribuables.org/les-combats-de-contribuables-associes/notre-nouvelle-etude-droits-de-succession-et-de-donation-un-etat-des-lieux-par-olivier-bertaux?highlight=WyJoXHUwMGU5cml0YWdlIl0=

[9] https://www.polemia.com/laxisme-et-tentations-totalitaires-de-letat-quest-ce-que-l-anarcho-tyrannie/

Dans la même catégorie

Les 2 fonctions historiques d’Éric Zemmour

Au lendemain des élections législatives, et alors que les scores de Reconquête ! ont été un facteur de démoralisation pour nombre de soutiens du parti, l’heure est venue de faire les comptes. En réalité, le bilan de l’ancien journaliste politique est loin d’être...

2022 : la fin des campagnes électorales ?

L’année 2022 a été riche en leçons politiques : parmi elles se dégage l’idée que l’ère des campagnes politiques arrive à son terme. Désormais, la compétition démocratique n’est plus synonyme de travail de mobilisation d’un électorat. Dans la France archipellisée, la...

Le stade de France et la République bananière

Les violences et le chaos qui ont sévi le 28 mai dernier aux Stade de France sont une illustration limpide du destin de la France, c’est-à-dire de sa tiers-mondisation. La presse a, de façon unanime, posé la question suivante : « La France est-elle encore capable...

Ni justice laxiste, ni État policier : la solution de l’identité !

Le 4 juin dernier, des policiers ouvraient le feu sur une voiture dont le conducteur refusait d’obtempérer à un contrôle pour défaut du port de la ceinture de sécurité. L’homme de 38 ans, qui a plus de 80 mentions à son casier judiciaire, en sort grièvement blessé....

Le Royaume-Uni et l’accord rwandais : un exemple pour la remigration

En avril dernier, le gouvernement de Boris Johnson signait un accord avec le Rwanda, selon lequel ce dernier accueillerait les clandestins expulsés du territoire britannique contre rémunération. 120 millions de livres d’abord, complétés par des sommes supplémentaires...

Le sport, ou la nouvelle messe du stalinisme ambiant

La longue marche du progressisme à travers les institutions a acquis depuis bien longtemps certains bastions particuliers que l’homme de droite identifie aisément : grande presse, écoles et universités, monde culturel ou syndicats. Il est plus rare d’entendre le monde...

Dégageons les squatteurs !

Récemment, Le Parisien a relayé une histoire devenue tristement commune dans notre pays : un couple de Français, nouvellement propriétaires d’une maison à Olainville (91) n’ont pas pu emménager à cause d’une famille de squatteurs tunisiens qui avaient pris possession...

Macron et Mélenchon : un mariage pour notre enterrement

Beaucoup de commentateurs ont prétendu que la fin du premier mandat et la deuxième campagne présidentielle de Macron étaient le signe de son virage à droite. Le président aurait liquidé ce qui le rattachait à son passé d’homme du Parti socialiste pour embrasser une...